Dans le Salzkammergut autrichien se trouve l’un des plus beaux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO de notre pays, qui a même donné son nom à une période de l’âge du fer plus ancien (environ 800 à 450 av. J.-C.) : Hallstatt, au bord du lac de Hallstatt. En fait, le village ne se compose que d’une rue parallèle à la rive et de quelques ruelles autour de la place du marché. Il n’y avait pas de place pour plus entre le versant abrupt de la montagne et le lac, c’est pourquoi les maisons s’entassent sur l’étroite bande de rive et donnent au village son aspect typique.

Dès le néolithique, cet endroit était fréquenté en raison de ses riches gisements de sel naturels et les plus anciennes découvertes datent d’environ 5 000 ans avant J.-C. Le fer a également été forgé ici très tôt et, grâce au commerce intense de ces biens et à la prospérité qui en a résulté, une culture florissante a vu le jour, qui a également donné son nom à une période de l’âge du fer plus ancien – la période dite de Hallstatt.

Le champ de tombes de l’époque de Hallstatt, découvert dès 1846 par Johann Georg Ramsauer, et la galerie de sel avec son train de montagne de sel valent notamment le détour. C’est ici qu’a été retrouvé le “fameux” homme dans le sel, un mineur qui, suite à un accident, a été enfermé sous terre et conservé grâce à l’effet déshydratant du sel (4e siècle avant J.-C.). L’église paroissiale catholique de l’Assomption ou Maria am Berg est également à visiter. Achevée en 1505, elle trône sur un rocher au-dessus des toits du village et abrite, entre autres, l’autel de la Vierge de Hallstatt, un retable de style gothique tardif provenant de Haute-Autriche.