Il s’agit probablement de la marche la plus connue et la plus jouée au monde : la Marche de l’Armée II dédiée au maréchal Josef Wenzel Comte Radetzky von Radetz, plus connue sous le nom de “Marche Radetzky”.

 

Cela est dû notamment à son rythme particulier (datadám datadámdamdám), qui a provoqué à plusieurs reprises des vers moqueurs (“Quand le courage dans la poitrine exerce sa résilience” ou “Quand le carlin avec la saucisse saute par-dessus le caniveau”).

La marche se compose de trois parties, dont la troisième correspond à la première, et J. Strauss a utilisé une vieille mélodie folklorique viennoise pour le trio de la section médiane, le “Tinerl-Lied”, qui était bien connu à son époque.

 

La Marche de Radetzky est devenue mondialement célèbre grâce au traditionnel concert du Nouvel An viennois, dont elle est l’un des moments forts.

Mais contrairement à son utilisation actuelle dans les plus grandes salles de concert du monde, elle n’a jamais été conçue comme un bien culturel élitiste destiné à une “meilleure société”, mais comme une musique pour “tout le monde”.

 

Dans cette vidéo avec le violoniste néerlandais A. Ríeu, vous pouvez voir à quel point cette musique inspire encore les gens aujourd’hui !

Et même si les puristes se rebiffent, cette interprétation de Ríeu est bien plus proche des concerts de carnaval d’un J. Strauss et de la société de bal viennoise de son époque que de nombreuses interprétations académiques de nos jours.