Select Page

Jonathan Livingston le goéland

Jonathan Livingston le goéland

Quand j’avais dix-huit ans, j’avais un ami avec qui je partageais tout. Mes pensées, mes rêves et mon désir. Nous n’avons jamais été amants, mais aussi familiers que frère et sœur.

Un jour, elle m’a appelé pour me dire qu’elle avait reçu un livre de sa mère. « A propos d’un stupide oiseau. Avec le dévouement : Apprenez à voler ! Dis, elle est folle ? »

Elle venait d’une famille riche et attendait une voiture ou une croisière pour son anniversaire. Et juste du papier imprimé.

 

J’ai oublié l’histoire jusqu’à ce que, quelques mois plus tard, je trouve un petit livre coincé derrière son bureau. Comme je lisais tout ce que j’avais entre les mains à l’époque, j’ai commencé à le feuilleter.

Et j’ai été envoûté dès les premières lignes. C’est exactement ce que je cherchais. Enfin, il y avait quelqu’un qui décrivait mes rêves les plus intimes, mon désir d’une vie réelle, de liberté et de passion.

Une façon de ne pas passer le reste de mes journées à me battre pour mon pain quotidien. Mais au lieu de cela, trouver quelque chose qui vaille la peine d’être vécu, quelque chose qui était plus important qu’une voiture, une maison ou la reconnaissance de ma famille.

 

Et cette petite mouette a montré la voie à suivre !

 

D’habitude, mon ami savait comment j’allais. Mais pour la première fois depuis que nous sommes ensemble, elle ne me comprenait pas. Là où j’ai vu un professeur toute ma vie, elle ne pouvait voir qu’un oiseau sale.

Je pense que c’était le début de la fin. Nous sommes restés amis quelques années de plus, mais nous avons pris des chemins différents. Elle a fréquenté une université d’élite et a commencé dans l’entreprise commerciale de ses parents.

 

J’ai choisi un chemin qui me conduirait à moi-même. Et pourtant, il a plongé ma vie dans la tourmente.

Des années de souffrance s’ensuivirent. Des années de chagrin et de douleur, toujours dans l’espoir de trouver de nouvelles voies.

La seule chose qui m’a fait vivre cette époque, c’est le souvenir de ces livres.

 

Le souvenir de la mouette Jonathan Livingston.

Et pour cela, je suis reconnaissant à mon ami de l’époque.

 

Elle s’appelait Eva.

 

En cliquant sur cette photo, vous pouvez commander le livre directement chez Amazon. Il n’y a pas d’autres frais pour vous, mais j’obtiens une petite commission.

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Application Culture

Jetez aussi un coup d’oeil à mon application culture !

Nouveaux articles quotidiens sur l’histoire de l’Europe, la littérature, la musique classique, les beaux-arts et plus encore.

Blogverzeichnisse

Blogheim.at Logo