Bien avant le XXe siècle, il existait un réseau économique paneuropéen dont les fils étaient entre les mains de quelques familles.

 

Les Médicis de Florence, qui dirigeaient la plus grande maison bancaire et commerciale d’Europe et possédaient environ 300 ateliers dans le seul commerce du tissu avec plus de 10.000 employés, sont encore connus aujourd’hui.

Mais il y avait aussi des familles au nord des Alpes qui obtenaient des richesses inimaginables. La plus importante d’entre elles était la famille Fugger, qui connut un tel succès dans la première moitié du XVIe siècle que son nom était synonyme de richesse dans toute l’Europe.

 

Sa maison a été fondée par Hans Fugger, membre de la corporation de tissage qui exportait le lin bavarois d’Augsbourg en Italie dès la fin du 14ème siècle.

Au milieu du 15ème siècle, la famille se sépare et les deux frères Jakob et Andres fondent le Fugger « du lis » et le Fugger « du cerf ».

Tandis que les Fuggers « du lis » devenaient les personnes les plus riches de leur temps en opérant habilement, les Fuggers « du cerf » devaient être ruinés à cause d’une seule mauvaise décision (ils avaient confiance en la solvabilité de l’archiduc Maximilien I.).

 

Jakob Fugger « le riche » fut à la tête du Fugger « du lis » de 1495 à 1525. En tant que plus important commerçant et entrepreneur minier de son temps, il est devenu le banquier des Habsbourg et de la Curie romaine et a financé, entre autres, l’ascension de l’empereur Maximilien Ier et de son petit-fils Charles, pour lequel il a finalement été élevé à la noblesse.

Il a acquis une renommée durable grâce à ses fondations à Augsbourg, telles que la chapelle Fugger de Saint-Anton ou la Fuggerei, le premier établissement social du monde.

 

Comme il n’avait pas de descendants, son neveu Anton Fugger a repris l’affaire.

Il a continué à soutenir les Habsbourg sous Charles Quint et Ferdinand Ier et a étendu le commerce de sa maison au Mexique et aux Antilles.

De plus, il a tracé la voie de l’avenir de sa famille en agrandissant massivement leurs terres et leur domination et en reliant ses enfants à la noblesse terrienne.

 

Les Fuggers devinrent ainsi la seule famille de marchands en Allemagne qui pouvait s’assurer une place solide dans le monde de la noblesse.