Le Fläming est un paysage culturel historique situé à la frontière entre le Brandebourg et la Saxe-Anhalt, où l’on peut trouver l’une des pâtisseries de Noël les plus intéressantes de la cuisine allemande : le Klemmkuchen. Il a été introduit dans le pays par des colons venus des Flandres, qui ont été accueillis à partir de 1157 par Albrecht Ier. (également appelé Albrecht der Bär) dans le pays. En effet, après des années de lutte, il a pu pacifier militairement la Marche de Brandebourg qui lui avait été confiée dès 1150 et, après avoir pu s’appeler pour la première fois et à juste titre “Adelbertus Die gratia marchio in Brandenborch” [1] (margrave de Brandebourg) le 3 octobre 1157, il s’est lancé dans une ambitieuse politique d’implantation afin d’accélérer le développement du pays. Les colons venus de l’actuelle Hollande et des Flandres étaient les plus importants pour le pays, car ce n’est que grâce à leur expérience dans la construction de digues que les régions le long de l’Elbe et de la Havel ont pu être colonisées.

 

Dans la région de Fläming, on retrouve encore aujourd’hui leurs coutumes et l’une des plus belles est certainement la confection des “Klemmkuchen”. La pâte est placée dans une “pince” et cuite sur un feu ouvert. Mais c’est plus difficile qu’il n’y paraît, car les pinces traditionnelles pèsent plusieurs kilos et doivent être “pincées”, c’est-à-dire comprimées, pendant la cuisson. En contrepartie, on est récompensé par un “gâteau” artistique, bien qu’un peu plat, car l’intérieur de ces pinces est minutieusement décoré.

C’est pourquoi ce gâteau n’est pas le seul élément de la culture locale, les “pinces” le sont également. Le plus ancien exemplaire se trouve au musée local de Dahme et date de 1571, mais nous pouvons en admirer environ 80 autres de tous les siècles dans ce musée. En effet, ils étaient autrefois fabriqués par les forgerons locaux et chaque mariée recevait son propre exemplaire à emporter dans sa nouvelle famille.

 

 

[1] “Albrecht I.” ; source en ligne : Wikipedia
Photo d’illustration : CC4.0 ; © Museum im Mönchenkloster Jüterbog & Dietmar Fuhrmann ; lien vers la licence