Durant sa courte vie, F. Chopin a écrit plus de cinquante mazurkas. Il composa le premier à l’âge de 15 ans, le dernier dans son lit de malade, fortement marqué par sa souffrance et incapable de jouer du piano lui-même.

 

Entre les deux se trouve une incroyable richesse de significations différentes que le “Mazur”, cette danse de saut et de virage polonaise, a vécue au cours de sa vie. Cela commence avec les premiers mazurkas de Chopin, qui vit toujours à Varsovie, et se poursuit avec les mazurkas de l’émigrant polonais, danses de mort profondément dépressives et artistiques de ses dernières années.

 

Au moins une fois dans sa vie, on devrait entendre comment A. Rubinstein joue ces danses ou expérimente comment des rêves filigranes tissés derrière un verre mince sont évoqués par A. B. Michelangeli.