A l’école, on enseigne généralement que la « Sanction pragmatique » ne servait qu’à assurer le trône de Marie-Thérèse.

En réalité, cependant, l’histoire était beaucoup plus compliquée et les causes de ce traité doivent être recherchées ailleurs qu’on ne le pense.

 

En 1701, la lignée espagnole des Habsbourg s’éteignit et des batailles sanglantes pour le trône eurent lieu, entraînant la perte d’une partie toujours plus grande de l’ancien empire mondial.

C’est exactement ce que Charles VI voulait empêcher pour les Habsbourg d’Autriche et a donc essayé de créer une base constitutionnelle pour la monarchie.

 

Avec la « Sanction pragmatique », il a finalement présenté un ensemble de documents qui ont déterminé l’indivisibilité et l’indivisibilité de tous les royaumes et pays héréditaires habsbourgeois.

Au cours de ce processus, il a également créé un nouveau règlement de succession en se détournant de la succession purement masculine telle qu’elle est définie dans la « Loi Saliane ».

Or, comme auparavant, le fils aîné et la lignée qu’il a fondée, puis toutes les autres lignées de la tribu masculine devaient avoir le droit d’hériter, mais s’il n’y avait pas d’héritiers masculins, la couronne ne serait pas perdue, mais transférée pour la première fois à la descendance féminine.

 

En 1730, Charles VI, avec l’appui de ses plus proches conseillers, avait obtenu l’accord de la majorité des puissances étrangères.

Mais après sa mort, ils ne voulaient rien savoir de plus à son sujet et ont exprimé des doutes, s’intéressant moins à la succession féminine qu’au pouvoir et à la terre.

 

Le plus grave était la demande de Frédéric II de Brandebourg-Prusse, dont le père avait reconnu la sanction pragmatique et donc aussi l’indivisibilité des territoires des Habsbourg, mais qui revendiquait maintenant une concession à la province de Silésie et en demandait la cession.

En conséquence, les combats ont culminé dans la Guerre de la Succession d’Autriche, dont le résultat a été la reconnaissance de la Sanction Pragmatique. Mais la Silésie était perdue à jamais.

 

Dans l’histoire, la sanction pragmatique a été l’acte fondateur de la monarchie des Habsbourg, car c’était la première fois que les différents pays exprimaient leur volonté de se rassembler dans un État commun sous la direction des Habsbourg.